Le Musée Romeo’s : l’art urbain à la Montréalaise

Publié le 17 avril 2019 par Sarah Favier
Crédit artiste : Éric Santerre, Crédit photo : Musée Romeo's

Le Musée Romeo’s :  l’histoire d’une idée folle devenue plus grande que nature

Nicolas Duvernois, entrepreneur québécois ayant créé la première vodka faite au Québec, laquelle a reçu de nombreuses distinctions dont le titre de « meilleure vodka au monde » du World Vodka Masters de Londres, est à l’initiative de la création du Musée Romeo’s qui a vu le jour à l’automne 2018. Très impliqué dans le monde entrepreneurial, Nicolas Duvernois fonde en 2016 Romeo’s Gin, entreprise commercialisant du gin et le Fonds Romeo's en vue de promouvoir, démocratiser et soutenir les artistes québécois et d'ailleurs.

Une idée innovante : 24 murales par 24 artistes pour 24 paliers d’escalier

Le Musée se situe dans les bâtiments 5455 et 5445 rue de Gaspé dans le Mile-End à Montréal. Le lieu est gratuit et ouvert tous les jours 24 h/24 h, un véritable espace de vie, de partage.

Une palette d’artistes haute en couleur

L’ensemble des portraits d’artistes ayant collaboré à la réalisation de ce projet hors du commun sont disponibles sur le site internet du Musée Romeo’s.

Parmi eux, Éric Santerre, artiste-peintre dont les œuvres colorées rayonnent à l’internationale. Chaque expression figurative est un mélange audacieux et intuitif de surréalisme, de spiritualité et de perspicacité sociale. L’œuvre vit au travers du regard que lui porte le spectateur faisant naître une juxtaposition d’images.

Des contraintes matérielles et temporelles

Chaque œuvre devait faire un format de 11 x 12 pieds et la peinture en aérosol était interdite. Les candidats devaient être disponibles pour exécuter leur œuvre sur place dans un temps limité.

Outre ces contraintes matérielles et de temps, Nicolas Duvernois souligne que les 24 artistes ont joui d’une totale liberté de création et que leur travail n’a pas été dénaturé malgré l’engagement de plusieurs entités dans le projet. En effet, il n’est pas rare de voir certaines marques s’approprier le travail d’artistes et les dénaturer.

L’art urbain : créateur de relations humaines

Le Musée Romeo’s a vocation de démocratiser l’art en rassemblant les communautés autour de l’art urbain, qui interroge, interpelle et connecte les gens en créant des ponts dans des espaces improbables.

En plaçant l’art urbain au cœur même des immeubles, à échelle humaine, l’art devient un espace ouvert et accessible à tous.

L’espace ainsi repensé, les personnes qui s’aventurent et empruntent les escaliers, passent d’un espace à un autre, d’un espace de transition à un espace d’intégration.

Un projet pour tous

- Les habitants, les visiteurs, qui évoluent dans l’espace, découvrant et accédant ainsi à une facette de la créativité et de l’histoire de Montréal

- Montréal, qui s’inscrit dans la lignée de Barcelone, Amsterdam, Berlin et St-Pétersbourg en se dotant de son propre musée urbain et d’un rayonnement international

- Le quartier, en revitalisant les commerces locaux et en faisant du Mile-End une destination de choix

- L’industrie du bâtiment, en réunissant autour de valeurs communes : l’art, l’entreprenariat et la créativité ; en habitant le bâti

Billet par : Sarah Favier