Le Théâtre Bistouri : un théâtre à cœur ouvert

Publié le 4 janvier 2020 par Sarah Favier
Crédit photo : Cath Langlois

Le Théâtre Bistouri : un théâtre à cœur ouvert

L’équipe de la Brigade Arts Affaires de Montréal (BAAM) a échangé avec le Théâtre Bistouri qui présentera un extrait de sa pièce Conversations avec mon Pénis lors du Rallye des Arts qui se déroulera le mercredi 29 janvier 2020. La pièce a été créée en 2016 et connait un très grand retentissement auprès du public et de la critique. Elle a déjà été jouée plus de 50 fois et continue de l’être.

[Conversation avec Marc-André Thibault, Directeur artistique du Théâtre Bistouri.]

Qui êtes-vous ? 

Le Théâtre Bistouri est un théâtre qui raconte des histoires, qui fait entrer en relations des humains. Une rencontre d’idées, de chocs de positions, de rires et d'émotions.

Un théâtre qui creuse l’homme, qui l'autopsie et qui s’efforce de le comprendre, sous ses bons et ses moins bons angles.

Un théâtre qui ose parler de sujets durs. Un théâtre qui n’a pas la langue dans sa poche.

Un théâtre acéré qui laisse des marques sans qu’on s’y attende. Un théâtre de comédies noires et de rires jaunes. Un mélange entre divertissement et réflexion.

Avec le Théâtre Bistouri, nous prenons parole pour exposer notre vision du monde.

Pourquoi ce nom : « Théâtre Bistouri » ?

Tout l'idée vient du fait d'être incisif. De creuser l'être humain. D'essayer de le comprendre, de le réparer, même si ça peut parfois lui faire mal. Le bistouri a la possibilité de blesser et de guérir, un peu comme le double mandat humour/drame que nous mettons de l'avant.

Depuis quand le Théâtre Bistouri existe-t-il ? Quelle est votre histoire ?

Le Théâtre Bistouri a été mis sur pieds en 2011. Depuis, nous avons produit 8 spectacles qui ont fait l'objet de plusieurs reprises, supplémentaires et tournées. Nous nous sommes attardés autant à des textes d'ailleurs (Israël, Irlande, Nouvelle-Zélande, Écosse) qu'à des créations d'auteurs québécois. 

Bistouri se veut un chef de file du théâtre contemporain, mettant de l’avant des bijoux de textes et des interprètes brillants.

Depuis un an, Bistouri gère également la production des 5 à 7 de la Licorne. Ces pièces proposent un tout autre format : Pour 20$, le public a droit à une courte pièce (40 min-1h), une bière et une collation. Le tout, présenté en formule 5 à 7, rend l'expérience fort accessible, tant pour les adeptes de théâtre que pour les néophytes. Nous présenterons un 3e 5 à 7 en mai prochain, Manipuler avec soin.

Nos productions 

  • Tranchées, de Hanokh Levin, 2011 – Théâtre Prospero
  • L’Ouest Solitaire, de Martin McDonagh, 2013 à 2016 – Théâtre Prospero (2 reprises), tournée des maisons de la culture
  • Conversations avec mon Pénis, de Dean Hewison, 2016 à 2019 – Monument National, Premier Acte (2 reprises), La Licorne et tournée au Québec et en Ontario
  • Les Ossements du Connemara, de Martin McDonagh, 2016 – Théâtre Prospero
  • Mazal Tov, de Marc-André Thibault, 2017 – Théâtre Prospero
  • Madra, de Frances Poet, 2019 - Théâtre La Licorne et reprise au Théâtre Pérscope en 2020
  • Être Norvégien, de David Greig, 2019 - Théâtre La Licorne et reprise à venir
  • Manipuler avec soin, de Carolanne Foucher, à venir en 2020 - Théâtre La Licorne et reprise à venir

Comment sélectionnez-vous les pièces produites par votre théâtre ? Qu’est ce qui dicte vos choix ?

Le Directeur artistique (moi) lit une cinquantaine de pièces par année pour découvrir les petits bijoux dramaturgiques qui seront produits par Bistouri. Les décisions sont prises en mettant le projet de l'avant, puis une équipe unique à chaque projet est formée pour le porter jusqu'au bout. La pièce doit nécessairement avoir un mariage d'humour et de drame, puisque c'est grâce à l'humour que nous nous permettons de creuser des sujets plus épineux. Plusieurs pièces sont "bonnes" et retiennent l'attention, mais ce ne sont que les coups de cœur qui mettent en branle la machine.

Joignez vous à l'expérience et inscrivez vous au Rallye en cliquant ici.

 

 

Billet par : Sarah Favier